Partir en week-end pour s’oxygéner en famille, c’est une tradition chez nous. Un petit tour sur Airbnb et plouf plouf, on réserve un logement dans un coin que l’on souhaite découvrir ou redécouvrir. Le petit bémol de ces expériences, c’est l’immobilité liée au logement. C’est lui le point de ralliement et la zone de découverte s’en retrouve nécessairement réduite, et nous, on a la bougeotte !

 

 

La découverte du road trip en van aménagé

Quand on a appris l’existence d’une entreprise de location de vans aménagés juste à côté de chez nous, forcément on a été emballés et on a réservé tout de suite ! Les week-ends à rallonge du mois de mai n’allaient pas échapper à notre traditionnelle petite escapade. Cette fois-ci, pas d’appartement, mais une petite maison sur roue, et cette perspective bien qu’hyper exaltante a créé pas mal de questions :

  • Où mettre le van pour dormir tranquille ?
  • Pourra t-on aller vraiment où l’on veut ?
  • Comment se laver ?
  • D’ailleurs, où trouver de l’eau potable ?
  • Où est-ce qu’on va faire caca ? (Et oui, ne me dîtes pas que vous ne vous seriez pas posé la question aussi !)

 

Quand ta destination, c’est partout !

Bizarrement, la destination n’était pas une priorité. Quand on nous demandait où nous allions, on répondait : vers Perpignan, par là. Et c’est vrai que nous n’avions rien prévu. C’est seulement la veille du départ que nous avons regardé les points touristiques majeurs de cette région, et à vrai dire, nous n’avons rien planifié, rien noté. Je pense que c’est notre voyage le moins bien planifié, et pour cause : nous pouvions faire tant de choses, pourquoi se limiter ? Pourquoi tracer sa route à l’avance ? Nous n’avions pas à nous soucier d’être à l’heure pour récupérer les clés d’un appartement, nous avions juste à rouler vers un quelque part tranquille que nous avions tout le temps de trouver en découvrant de nouveaux paysages.

 

Le départ

Nous avons récupéré notre van à Saint-Laurent-de-Neste, plus précisément à la Zone d’Activité Pic Pyrénées Innovation. Boris nous a expliqué comment le van fonctionnait : mettre la banquette en position lit, régler le chauffage (dont nous n’avons pas eu besoin), ouvrir la tente de toit, remplir les réservoirs d’eau, utiliser le gaz pour la cuisine, le robinet pour la vaisselle, …

Sur les conseils de Graviteo, à qui nous avions fait part de nos petites questions pratiques précédemment évoquées, nous avons prix des options supplémentaires :

  • Douche solaire et cabine de douche,
  • Toilettes portables.

Et puis, nous sommes partis. Et nous voilà tous les trois (mon cher et tendre, la petite Jeanne, 6 ans et moi-même), dans un van, en direction de l’est, plus précisément de Carcassonne.

 

 

 

Et maintenant les questions pratiques !

Voici les solutions nous avons trouvé à toutes ces petites questions pratiques et pas si anodines que nous nous sommes posées avant de partir en voyage en van.

 

Où dormir en van sans être dérangé ?

Dormir pour la première fois dans un van, c’est une expérience qui peut être un peu inquiétante. Personne n’a envie d’être dérangé dans la nuit parce qu’il est mal stationné, ou mieux : de découvrir une jolie amende au réveil sur le pare-brise. Le van n’est pas stationné dans un endroit spécialement sécurisé comme peut l’être un appartement et ses verrous ou un camping et ses barrières.

 

Nous avons donc téléchargé une application sur les conseils de Boris : park4night. On y retrouve les conseils et les témoignages de baroudeurs en vans ou camping-cars sur leur lieu de stationnement pour la nuit. Quoi de mieux que de pouvoir profiter de l’expérience de voyageurs aguerris pour trouver l’emplacement idéal ? Ces endroits sont visibles sur une carte et chaque point est cliquable et donne accès à des avis et des photos.

 

Au final, nous n’avons pas dormi exactement aux endroits indiqués mais ça nous a permis de trouver des zones sympas, voire même incroyables : entre deux étangs habités par de nombreux flamants roses, au bord d’une falaise avec une vue incroyable sur la côte méditerranéenne et ses phares, et au bord d’une rivière paisible dans une forêt.

 

Est-ce que l’on peut vraiment aller où l’on veut ?

Le van fait deux mètres de hauteur et n’est pas très imposant. Nous avons pu grimper sur des petites routes sinueuses de montagne ou encore nous garer en centre-ville de Perpignan sans aucun problème. Il n’est pas nécessaire de se limiter aux parkings pour camping-cars et c’est vraiment très très très appréciable !

 

Donc le jour, les endroits inaccessibles ne sont pas si nombreux, en tout cas ça ne nous a pas du tout bloqué.

 

Où trouver de l’eau potable ?

Dans le van, on dispose de deux petits bidons de 12 litres et, si on veut se doucher, il faut aussi remplir la douche solaire de 8 litres. Au début, on ne voyait pas trop où remplir tout ça et puis finalement, ça n’a pas été si compliqué. Les deux points d’eau les plus faciles à trouver sont :

 Les toilettes publiques : elles ont souvent des robinets.

Les aires de jeux pour enfants. Grosso modo, quand il y a des équipements sportifs ou des aires de jeux, on peut être sûr qu’il y a un point d’eau pas loin. Et Jeanne était super contente d’en profiter pour faire des tours de balançoire et de toboggan.

 

Comment on se lave ? Et le pipi ? Et le caca ?

Pour l’hygiène, la douche solaire est idéale. Il suffit de la laisser deux ou trois heures au soleil et l’eau est à la bonne température. Il y a un indicateur pour connaître la température de l’eau. Et si, vraiment, on n’a pas eu le temps de la laisser au soleil, on peut faire chauffer de l’eau à la casserole et le tour est joué (attention tout de même à ne pas trop la réchauffer). La douche a un système de pompe qui permet d’avoir un peu de pression histoire de se rincer correctement et d’avoir une vraie sensation de douche.

Pour les plus pudiques, la cabine de douche permet de préserver son intimité. Elle se déplie en 2 secondes et il y a les explications nécessaires pour la replier.

 

Bon, maintenant, le meilleur pour la fin : parlons du pipi et du caca.

Le plus simple, c’est d’aller dans la nature ou dans les bars et restaurant que l’on fréquente, mais ce n’est pas toujours facile pour un enfant de 6 ans d’anticiper le moment où il va falloir faire sa petite (et surtout sa grosse) affaire. Nous avons donc utilisé les toilettes portables une fois, alors que nous étions loin de toute autre possibilité et qu’un caca en forêt n’était pas une option pour notre petite baroudeuse. Ce n’est pas très glamour, mais ça fait le job, et j’avoue être bien contente de ne pas avoir eu à me prendre la tête à ce moment-là.

 

Maintenant, qui dit toilette utilisée, dit vidange. Sur notre route, nous avons trouvé une aire de service pour camping-car accessible gratuitement et où nous avons pu procéder à l’opération. Il s’avère que ces aires sont nombreuses, nous n’y avions pas fait attention avant, mais maintenant ça nous saute aux yeux !

 

Au final, toutes ces questions pratiques ont été réglées naturellement, et nous avons profité de notre escapade en van sur la côte catalane en toute quiétude. Un vrai bonheur et des souvenirs plein la tête !

 

Céline

On vous appelle 😉

Share This